Autisme-Economie.org
Chercher
forum Chercher

mai 2003

Réalisé par des enseignants du lycée Kléber à partir d’un document du Mouvement des enseignants et parents d’élèves de Draveil.

 fr 
Dans la même rubrique

Novembre 2010
Bradford Delong et l’enseignement de la macroéconomie

Décembre 2000
Enseigner l’economie, quel sens ?

2000
Mathématiques, économie et idéologie : un essai de clarification

2000
C’est l’histoire d’une science qui raconte des fables...

2000
Le manège de Turgan-Baranovsky

Dernière modification
29 décembre 2006
info visites 2474

Questionnaire

Pour survivre à la désinformation

Des enseignants du secondaire nous livrent un petit questionnaire que nous invitons vivement les étudiants à soumettre à leurs enseignants, les enseignants à leurs collègues, et tout le monde au reste de la population. Nous, on a eu tout faux, ou presque…

1. Qui cesse le plus tard de travailler ?
 [1]

    • Les cadres administratifs
    • Les cadres de la fonction publique
    • Les enseignants du second degré
    • Les informaticiens
    • Les ingénieurs et cadres de l’industrie

2. En 2010, par rapport à l’an 2000, le coût des retraites pour la collectivité…
 [2]

    • Aura doublé
    • Aura augmenté de 50 %
    • Aura augmenté de 20 %
    • Aura augmenté de 10 %
    • N’aura pas augmenté

3. Pour financer l’augmentation des dépenses de retraite sans allonger la durée de cotisation ni réduire les pensions, il faudrait augmenter chaque année la part du revenu national qui leur est consacrée…
 [3]

    • de 30 %
    • de 20 %
    • de 10%
    • de 5 %
    • de 1 %

4. Si les actifs travaillent trois ans de plus, les possibilités d’embauche de jeunes seraient
 [4]

    • réduites de 100 000 par an
    • réduites de 50 000 par an
    • réduites de 10 000 par an
    • inchangées

5. En 1999, le taux d’emploi des hommes âgés de 55 à 59 ans privé et public confondu s’élève à :
 [5]

    • 81,1%
    • 71,1%
    • 61,1%
    • 51,1%

6. En 2000, la part des carrières complètes pour les hommes âgés de 60 à 64 ans public et privé confondus était de :
 [6]

    • 98,4%
    • 92,4%
    • 82,4%
    • 74,1%

7. Revenir à 37,5 ans de cotisations dans le privé coûterait chaque année
 [7]

    • 5 % du revenu national soit 75,1 milliards d’euros en 2002.
    • 3,4 % du revenu national soit 51,1 milliards d’euros en 2002.
    • 2,7 % du revenu national soit 40,5 milliards d’euros en 2002.
    • 1,2 % du revenu national soit 18 milliards d’euros en 2002.
    • 0,3 % du revenu national soit 4,5 milliards d’euros en 2002.

8. Le montant annuel des exonérations de charges patronales en 2002 s’élève à 21,6 milliards d’euros, elles ont ainsi été en 10 ans…
Multipliées par 7. Le total des exonérations de charges patronales [8]

    • divisées par 2
    • constantes
    • multipliées par 7

9. Au cours des 20 dernières années, alors que le poids des prélèvements obligatoires n’a cessé d’augmenter, le pouvoir d’achat du salaire net a, en moyenne…
 [9]

    • baissé de 10%
    • stagné
    • augmenté de 10 %
    • augmenté de 30%

10. Si les salariés supportaient intégralement le coût des futures retraites, dans les 20 ans à venir, le pouvoir d’achat de leur salaire net…
 [10]

    • baisserait de 10 %
    • stagnerait
    • augmenterait de 10 %
    • augmenterait de 30 %

11. Aujourd’hui, il y a égalité de niveau de vie entre retraités et actifs. Le gel des cotisations que veut imposer le gouvernement se traduirait en 20 ans par une baisse du niveau de vie relatif des retraités (par rapport aux actifs) …
 [11]

    • de 5 %
    • de 10 %
    • de 20 %
    • de 30 %

12. Avec la réforme Fillon, ceux qui partiront en retraite en 2006 perdront annuellement l’équivalent de :
 [12]

    • 1 jours de grève
    • 5 jours de grève
    • 10 jours de grève
    • 15 jours de grève.

[1Enseignants (59,1 ans), cadres de la fonction publique (59 ans), cadres administratifs (58,3 ans), ingénieurs (57,2 ans), informaticiens (55,5 ans). Données 2000, source DARES (ministère du travail). Explication : dans le privé, il y a des préretraites.

[2Il n’aura pas augmenté (et même légèrement baissé !). Source : DREES. Explication : jusqu’en 2005, les départs à la retraite concernent des classes creuses. La montée des dépenses se fait ensuite lentement.

[3De 1%. Soit pour 2002 une augmentation de 15 milliards d’euros (PIB 2002 = 1502 milliards d’euros). Chaque année, nous consacrons 12 % du PIB (le revenu national) aux retraites. Cette part devrait passer à 18% en 2040, si les mesures Balladur de 1993 sont abandonnées (16 % dans le cas contraire). Une hausse de 1% par an permet de passer progressivement de 12% à 18 % en 40 ans. Cette part des retraites dans le PIB été de 5,9% en 1959 !

[4Réduites de 100 000 par an. Source : Alternatives économiques , janvier 2003. Allonger la durée de cotisation ne peut qu’aggraver le chômage. On pourra discuter de l’âge de la retraite, mais quand on sera revenu au plein emploi. D’ici là, tout recul de l’âge de la retraite est un procédé pour baisser les retraites.

[561,1% c’est-à-dire la part des hommes occupant un emploi parmi tous les hommes du même age. Ce taux tombe à 45,7% pour les femmes. On comprend alors que l’allongement de la durée de cotisation est un leurre et sert bien à réduire le niveau des pensions. Source : OCDE, questions de retraites, CDC, 46-2002.

[682,4%. On tombe à 52,6% pour les femmes ! On mesure alors l’impact désastreux d’une décote de 3% puis 5% sur le niveau des pensions.

[70,3% du PIB estimation pessimiste. Source : COR, premier rapport. Dans ces conditions, pourquoi s’en priver ? 0,3% du PIB en 2002 (1502 milliards d’euros) représente 4,5 milliards d’euros c’est-à-dire 5 fois moins que le montant 2002 des exonérations de charges patronales. Cf. question suivante.

[8s’élevait à 2,96 milliards d’euros en 1993. Source Sénat.

[9Augmenté de 10 %, soit moins de 0,5 % par an. Source : INSEE, comptes nationaux. Les 20 dernières années ont été marquées par une rigueur salariale sans précédent, avec une chute de 10 points de % de la part des salaires dans le revenu national au bénéfice inverse de la part des profits.

[10Augmenterait de 30 % si les mesures Balladur de 1993 sont abandonnées (de 35% sinon). Explication : tout le monde admet que la part des salaires dans le revenu national ne doit plus baisser. Même avec la croissance très modérée retenue par les rapports officiels, le coût des retraites ne prendrait qu’une faible part de cette croissance.

[11de 30 %. La baisse serait de 50 % en 40 ans (autrement dit, le niveau de vie des retraités serait la moitié de celui des actifs en 2040). Ce serait le retour de la pauvreté massive parmi les personnes âgées…ce que dénonçait le rapport Laroque au début des années 1960.

[1215 jours de grève et davantage pour ceux qui partiront plus tard !

Articles connexes

Rencontres nationales sur l’enseignement de l’économie

et l’information économique aux citoyens

 
Autisme-Economie.org > Les Textes > Enseignants et Auteurs > Textes sur l’enseignement de l’économie
 
 
Autisme-Economie.org - Site réalisé avec SPIP par Siloh.